Lien

Informations pratiques

La covid 19 expliquée:

QUELQUE CHOSE DE CLAIR SUR LE VIRUS ! Un excellent résumé sur le Coronavirus Covid-19’’ d’un assistant-professeur en maladies infectieuses

 C’est un excellent condensé sur la manière d’éviter la contagion, très instructif tout en étant clair et facile à suivre.

 Le virus n’est pas un organisme vivant, mais une molécule de protéine (ADN) recouverte d’une couche protectrice constituée de lipide (matière grasse) qui, lorsqu’absorbée par les cellules oculaires, nasales ou buccales, change son code génétique (mutation) et se transforme en agresseur et en cellules multiplicatrices.

Dès lors que le virus n’est pas un organisme vivant mais une molécule de protéine, on ne peut pas le ‘’tuer’’ à proprement parler ; il se décompose de lui-même.

La durée de cette désintégration dépend de la température, du niveau d’humidité et du type de matière sur laquelle il repose.

 Le virus est très fragile ; la seule chose qui le protège est une fine couche extérieure de graisse.

C’est pourquoi tout savon ou détergent est le meilleur remède, car la mousse attaque la graisse (raison pour laquelle on doit autant se frotter les mains, 20 secondes ou plus, afin de faire beaucoup de mousse).

En dissolvant la couche grasse, on obtient que la molécule de protéine se disperse et se décompose d’elle-même.

La chaleur fait fondre la graisse, voilà pourquoi il est bon d’utiliser de l’eau au-dessus de 25°C pour laver ses mains, les vêtements ou toute autre chose. De plus, l’eau chaude produit plus de mousse et la rend ainsi plus efficace.

       –   L’alcool ou tout autre mélange contenant plus de 65% d’alcool dissout toute graisse, et particulièrement la couche extérieure de lipide du virus.

         Tout mélange d’une (1) dose d’eau de Javel pour cinq (5) dose d’eau dissout directement la protéine et la détruit de l’intérieur.

          En l’absence de savon, d’alcool, ou de chlore, on peut recourir à l’eau oxygénée, car le peroxyde dissout la protéine du virus, mais il faut l’utiliser pure, ce qui est nocif pour la peau.

      –   Aucun bactéricide n’est utile. Le virus n’est pas un organisme vivant comme la bactérie. On ne peut pas tuer ce qui n’est pas vivant avec des antibiotiques.

      –   Ne jamais secouer vêtements (sur soi, ou qu’on a portés), draps ou chiffons. Si on secoue un linge ou qu’on utilise un plumeau, les molécules du virus peuvent alors flotter dans l’air pendant 3h et aller ainsi se loger dans le nez.

          Lorsque le virus est collé à une surface poreuse, il est très inerte et se décompose en seulement :

                  3h sur un tissu par exemple ou toute autre surface poreuse.

                  4h sur le cuivre (naturellement antiseptique) et le bois (qui l’assèche et l’empêche de se décoller pour se diffuser dans l’atmosphère).

                  mais il peut subsister jusqu’à :

                  24h sur le carton.

                  42h sur un métal.

                  72h sur le plastique.

      –   Les molécules du virus restent très stables dans le froid extérieur, ou dans le froid artificiel (climatisation des bâtiments ou des véhicules, par exemple…). Pour rester stables, ces molécules ont aussi besoin d’humidité et de pénombre. Ainsi, le virus se dégradera plus facilement et rapidement dans un environnement déshumidifié, sec, chaud et lumineux.

        –   Les rayons ultraviolets décomposent la protéine du virus, quelque soit la surface où il se trouve. La lampe à ultraviolets, par exemple, est parfaite pour désinfecter et réutiliser un masque. Prudence néanmoins car elle décompose aussi le collagène (une autre protéine) de la peau et peut être la cause de rides et cancer de la peau.

       –   Le virus ne peut pas passer à travers une peau saine.

           Le vinaigre ne sert à rien car il ne dissout pas la couche protectrice grasse du virus.

       –   Les boissons alcoolisées, comme la vodka, n’ont aucun effet (les plus fortes comportent autour de 40% ou 50% d’alcool, or la teneur minimale requise est de 65% d’alcool).

       –   La Listerine peut être utile, sa teneur en alcool étant de 65%.

       –   Plus l’espace est confiné, plus la concentration du virus sera grande. Plus l’espace est ouvert et aéré, plus la concentration du virus sera réduite.

 N.B. :   Outre les indications ci-dessus, vous devez vous laver les mains avant et après avoir touché : muqueuses, nourriture, serrures, poignées de portes, boutons et interrupteurs (lumière, ascenseurs…), téléphones, télécommandes, montres, ordinateurs, bureaux, télévisions, etc…

Lorsque vous allez aux toilettes et/ou dans la salle de bain, il est important de s’hydrater les mains car elles ont tendance à se dessécher à force de lavages répétés. les molécules du virus peuvent alors pénétrer dans les micro-lésions de la peau. Plus l’hydratant est épais, mieux c’est.

Veillez aussi à garder vos ongles courts, pour éviter que le virus n’aille se cacher dessous.

 Merci infiniment à tous de partager ceci aussi largement et généreusement que possible.

Bon à savoir: Vu dans sciences et vie Octobre 2020

Coronavirus Covid-19 (5 août 2020)

Coronavirus Covid-19

Le 11 mars 2020, l’OMS a qualifié de « pandémie » l’épidémie de coronavirus Covid-19. Cette dernière reste prégnante dans de nombreuses régions du monde (liste des pays concernés et chiffres via le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies).

L’engagement et la responsabilité de chacun contribuent à une amélioration de la situation sanitaire en France et en Europe. Néanmoins, une incertitude concernant l’avenir de l’épidémie demeure, le retour de la circulation du virus, active ou modérée à court ou moyen terme, ne pouvant être exclu. Continuer à limiter les déplacements est donc nécessaire pour ralentir la progression de l’épidémie dans le monde.

1/ Levée des restrictions aux frontières intérieures européennes à compter du 15 juin

Conformément aux recommandations de la Commission européenne, la France a levé le 15 juin l’ensemble des restrictions de circulation à ses frontières intérieures européennes (terrestres, aériennes et maritimes).

Depuis cette date, les personnes en provenance des pays de l’espace européen (États membres de l’Union européenne ainsi qu’Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Royaume-Uni, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse) peuvent donc entrer sur le territoire français sans restrictions liées à la lutte contre la COVID-19. Les personnes en provenance de l’espace européen sont par ailleurs dispensées de quatorzaine à leur arrivée en France, sauf éventuel cas particulier, notamment en application de mesures de réciprocité.

Il convient de noter que certains pays de l’espace européen peuvent avoir maintenu des restrictions. Des précisions sur la réglementation en vigueur peuvent être trouvées dans les conseils aux voyageurs de chaque pays. Des informations utiles figurent également sur la plateforme « Re-open EU » de la Commission européenne.

2/ Evolution de la situation épidémiologique dans certaines régions des pays de l’espace européen

Une recrudescence du nombre de cas dans une ou plusieurs régions d’un pays de l’espace européen (États membres de l’Union européenne ainsi qu’Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Royaume-Uni, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse) étant observable, il convient de rester vigilant et avant tout déplacement de se tenir informé sur l’évolution de la pandémie, notamment en consultant la carte établie par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

3/ Ouverture progressive et différenciée des frontières extérieures à compter du 1er juillet.

Les personnes arrivant depuis l’un des pays suivants : Australie, Canada, Corée du sud, Géorgie, Japon, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Thaïlande, Tunisie, Uruguay ne font plus l’objet des restrictions motivées par la prévention du risque lié à l’épidémie de covid-19 pour leur entrée sur le territoire métropolitain. Cette liste fera l’objet d’une actualisation régulière, au minimum tous les 15 jours, en lien avec nos partenaires européens, en tenant compte de la recommandation du Conseil de l’Union européenne, de l’évolution de la situation sanitaire et du respect de la réciprocité. Pour ce qui concerne les déplacements vers ces pays, il est indispensable de consulter la fiche des conseils aux voyageurs correspondante afin de s’assurer de la faisabilité de ce voyage, notamment au regard des conditions d’entrée et de séjour.

Compte tenu du fait que plusieurs régions du monde sont encore fortement affectées par la pandémie et en raison des mesures restrictives (interruption des liaisons aériennes, interdiction d’entrée sur le territoire, isolement obligatoire, etc.) encore en vigueur dans de nombreux pays, il reste conseillé de différer jusqu’à nouvel ordre tout voyage ou déplacement hors de l’espace européen et des pays de la liste ci-dessus.

L’entrée sur le territoire national depuis les pays situés hors de l’espace européen ou ne figurant pas dans la liste ci-dessus n’est autorisée que dans des situations dérogatoires spécifiques, qui incluent notamment les ressortissants étrangers qui résident en France ou les ressortissants français. Il convient de s’informer auprès du ministère de l’intérieur.

4/ Dispositions sanitaires spécifiques en vigueur sur le territoire français.

Le décret n°2020-860 du 10 juillet 2020 modifié fait obligation aux passagers de présenter au transporteur aérien, avant leur embarquement, une déclaration sur l’honneur attestant qu’ils ne présentent pas de symptôme d’infection à la covid-19 et qu’ils n’ont pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de covid-19 dans les quatorze jours précédant le vol. Ils doivent porter un masque de protection.

En outre, ce décret introduit, à compter du 1er août 2020, pour les passagers aériens en provenance de certains pays, des dispositions relatives à la présentation du résultat d’un examen biologique de dépistage virologique (par exemple test PCR), réalisé moins de 72 heures avant le vol et ne concluant pas à une contamination par la covid-19. Ainsi, en vertu de ce texte :

  • pour les personnes de onze ans ou plus voyageant à destination de la France métropolitaine depuis Bahreïn, les Émirats arabes unis, les États-Unis, ou le Panama, la présentation d’un tel document à l’embarquement du vol est obligatoire.
  • pour les personnes de onze ans ou plus en provenance de l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Brésil, l’Inde, Israël, le Koweït, Madagascar, Oman, le Pérou, le Qatar, la Serbie ou la Turquie, la non-présentation d’un tel document à l’arrivée en France implique d’être dirigé à l’aéroport vers un poste de contrôle sanitaire permettant la réalisation d’un tel examen. Compte tenu de ces dispositions, il est fortement recommandé aux personnes de onze ans ou plus, en provenance de l’un de ces 12 pays, si elles le peuvent localement, de réaliser ce test virologique, moins de 72 heures avant leur vol.

Pour les personnes ayant séjourné, au cours du mois précédant, dans une zone de circulation de l’infection définie par arrêté du ministre chargé de la santé mentionné au II de l’article L.3131-15 du code de la santé publique, le décret n°2020-860 du 10 juillet 2020 modifié prévoit également que le préfet territorialement compétent :

1° Prescrit la mise en quarantaine ou le placement et le maintien en isolement, lorsqu’elles arrivent sur du territoire national depuis l’étranger des personnes présentant des symptômes d’infection au covid-19 ;

2° Est habilité à prescrire une mise en quarantaine ou un placement et un maintien en isolement :

a) Des personnes ne pouvant justifier, à leur arrivée, du résultat d’un examen biologique de dépistage virologique réalisé moins de 72 heures avant le vol ne concluant pas à une contamination par le covid-19 ;

b) Des personnes arrivant sur le territoire d’une collectivité mentionnée à l’article 72-3 de la Constitution en provenance du reste du territoire national.

La mise en quarantaine ou le placement et maintien en isolement se déroule, au choix de la personne qui en fait l’objet, à son domicile ou dans un lieu d’hébergement adapté à la mise en œuvre des consignes sanitaires qui lui sont prescrites, en tenant compte de sa situation individuelle et familiale.

Au retour en France, il convient de continuer à respecter scrupuleusement les mesures barrières et les mesures de distanciation, de porter le masque lorsque cela est exigé ou recommandé, et d’être vigilant et responsable en cas de symptômes ou de contamination.

En cas de questions, sur les modalités d’application des mesures concernant l’entrée et le séjour en France, il est possible de s’adresser au numéro vert : 0800 130 000.

Les textes en « bleu » sont des liens accessibles avec l’aide de la touche « Ctrl » et « enter »

Informations gouvernementales sur les masques

Voir le lien ci-après:

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/masques-grand-public

Les commentaires sont fermés